PARRICIDE, 34 ans. 32 ans, douanier. Dans des circonstances similaires, étrangla dans son lit Mme veuve Legendre, 75 ans, le 05 avril 1912 à Andrésy, et vola le peu que contenait la maison. 45 ans. 23 ans, marchand forain. 24 ans, décolleteur, ancien "Bat d'Af". Viola sa fille Marie, 21 ans, et se chargea de tuer lui-même les deux enfants qu'il eut d'elle en deux ans. Liberé en 1992, s'occupe de la réinsertion des détenus à la tête d'une entreprise, l'APERI, à Charmes (Vosges). En janvier 1928, après une rossée qui la laisse alitée deux semaines, elle le quitte avec leurs trois enfants et part s'installer chez sa mère. A St-Hilaire, le 29 mars 1879, attirent Me Yence, notaire, dans un piège, le tuent à coups de revolver et de pierres puis l'achevent en l'étranglant avec une corde, avant d'aller piller son étude pour voler un peu d'argent et une quarantaine de lettres de change. "Rossi", en fuite, est condamné à mort par contumace, et capturé après de longs mois d'enquête à Buenos-Aires. Egalement auteur d'un viol le 25 juin 1877 sur une petite Louise, âgée de 10 ans. Assassina l'agent maritime José Closas. 35 ans. Le 10 décembre 1921, il est condamné à vingt ans de travaux forcés. Abattent Jean Donzeau, propriétaire terrien à St-Quentin-de-Baron, ainsi que son épouse à coups de pelle, et sa belle-mère, la veuve Blanc, de vingt-cinq coups de crosse de fusil sur le crâne, le 21 avril 1880 pour voler 600 francs. Etrangle sa femme le 19 octobre 1892 à Lumio parce qu'elle l'avait quitté. Guillotiné à Saint-Gaudens le 19 octobre 1900. Abat de deux coups de fusil son père Jean-Louis Hochet le 13 juin 1933 à Maxent, avant de mettre le feu à la ferme. Tue dans la nuit du 30 janvier 1892 à Conchy-les-Pots les époux Debourge, septuagénaires, pour leur voler 3.000 francs, avant de mettre le feu à la maison. 19 ans. Pris à la gorge par les dettes, les Jeanty lui servirent un verre d'alcool mêlé à de l'acide sulfurique, le 12 mai 1926, qui le rendit atrocement malade, mais pas assez vite au goût des meurtriers. 27 ans, domestique. 41 ans, chauffeur de dragueuse, surnommé "L'Ogre d'Haubourdin". 33 ans, menuisier, ancien légionnaire. 57 ans, ouvrier charpentier. Sous prétexte qu'il n'avait pas de quoi les nourrir, tua en les étouffant les deux fillettes (3 mois et 6 mois) qu'il eut avec sa maîtresse en 1916 et 1917 : la Somme étant trop proche du front, son procès eut lieu à Rouen. Francon, condamné à sept ans de travaux forcés, se suicide dans sa cellule le 28 juin en se pendant. Pierre Diris, Jean Espedro et Jeanne Lauret, épouse Diris. 39 ans, charretier. Le 2 janvier 1894, jeta dans le puits du presbytère l'abbé Fricot, son supérieur, curé d'Entrammes, et l'assomma à coups de bâton. Jouneau comptait depuis longtemps cambrioler la ferme, mais la présence du jeune garçon lui interdisait toute tentative. Marie est grâciée, Vitalis exécuté à Marseille le 17 août 1877. 28 ans, mineur, militant syndicaliste. 52 ans, cultivateur. Mobile : haine conjugale, sa femme l'ayant quitté après quatorze ans passés à subir sa violence. PARRICIDE, 19 ans. Tortura pendant 4 ans la fille de sa femme, Marie-Louise. Michel est grâcié et Maurice guillotiné le 21 février 1950. Pour ne pas avoir à lui rembourser les 900 francs qu'il lui avait emprunté, tenta d'empoisonner avec du vin son meilleur ami Benoît Badel, mineur, le 8 octobre 1879, avant de le massacrer la nuit suivante à coups de marteau et de jeter le corps dans un puits de mine abandonné. 31 ans. 37 ans, voleur multirécidiviste, a déjà passé au total 17 ans derrière les barreaux. 22 ans. 22 et 23 ans. Assassine d'un coup de couteau en pleine gorge sa femme Marie Montabrut, qui l'avait quitté après qu'il eut mis au clou l'intégralité de leur mobilier, au bazar des Halles centrales le 1er juin 1877. Assassine à coups de bûche et viole la veuve Albert, 44 ans, à Villers-le-Tourneur le 1er octobre 1937. Tue de huit coups de couteau et viole Mlle Anne-Marie Bourgeault, 20 ans, le 31 octobre 1922 à Soissons, et vole 50 francs à sa victime. Massacre à coups de bâton et de talon le 7 janvier 1877 à Saint-Ouen-des-Toits François Lucas, 38 ans, carrier, et Louis Gambert, cultivateur, 46 ans, qui meurt trois jours après l'attaque. PARRICIDE. 23 ans, déserteur du 72e RAC de Vincennes. Son fils Augustin, 21 ans, complice du crime, est condamné à cinq ans de travaux forcés. Le 18 août 1885, à Vert, il assomme avec un chevalet à scier le bois un vieillard, M.Pigis, pour le voler. 22 ans, caporal fourrier au 87e régiment de ligne, tue le caissier Florence au Havre le 30 novembre 1874 de quatre balles de revolver tirées à bout portant, dont deux dans la tête, pour fracturer le coffre de son patron, agent de change, et voler 8.000 francs. Abattent de deux coups de fusil, dans la nuit du 11 au 12 juillet 1909 à Brouckerque le douanier Wepierre, qui allait intercepter leur trafic de tabac entre France et Belgique. 21 ans, réclusionnaire à la centrale de Beaulieu, condamné à cinq ans de prison pour désertion, et neuf ans de prison pour vols qualifiés. Sous le faux nom de Riaboff, cambrioleur du consulat russe de Marseille en 1920. 43 ans, ancien Cent-Gardes, gardien de la paix. Assassine de dix coups de couteau Jules Lefèvre, 41 ans, oiseleur, le 14 février 1888, à St-Maur-des-Fossés, et vole son portefeuille contenant 37 francs 50. Le 14 juillet 1919, tua à coups de bâton la Veuve Maréchal, 72 ans, à Normanville. Eugène-Alexandre et Léonce-Joseph "Rorique" Degraeve. Revient plus tard dans la nuit avec un couteau et du liquide inflammable, dépèce et met le feu aux corps, puis fracasse la tête du nommé Duvaux, qui eut le malheur d'être témoin de la scène. Probable assassin de sa mère en 1877. Tua à coups de revolver à Chassagny M.Burel, 90 ans, pour lui voler ses livrets de caisse d'épargne. 20 ans. Catherine Gerbeaux, épouse Namin, et Armand Lahaye. 23 ans. Tue le 27 avril 1907 à Auberive sa compagne, Josephine Muller, après une dispute. Pendant que Jeannine est arrêtée, Maupetit tire sur deux policiers, les agents Guy Sonzogni et André Labeaume, les blessant gravement à la poitrine. Assassina à coups de gouet (serpe) à Tauxigny le 23 février 1891 les époux Pierre et Marguerite Delhommais, ses patrons, âgés de 73 et de 77 ans et vole 6.500 francs. Accusé à juste titre le 31 août 1879 à Tourville d'avoir volé la montre de François Grandserre, charretier, 65 ans, affirme le contraire. Auteurs de nombreux cambriolages à main armée à Montauban, Moissac et Saint-Paul-d'Espis, blessent gravement l'adjudant Sans et les gendarmes Bernudet, Dejean et Defrancès au cours de leur arrestation. Condamné à perpétuité à Douai le 18 août 1946. PARRICIDE, 42 ans, manoeuvre, ivrogne. Ivre, tue à coups de couteau le 15 août 1920 à Soindres Paul Lecointre, 16 ans, fils de l'adjoint au maire de Magnanville, avec lequel il avait eu querelle au sortir d'un bal. 23 et 18 ans, contrebandier et tisserand. 22 ans, valet de charrue, tua à coups de marteau le 21 février 1872 à Bayonvilliers ses patrons, les Debros, vieux et impotents, ainsi que leur chien qui avait voulu les défendre. 21 ans, commit en 1945 - donc encore mineur - trois assassinats à coups de marteau pour voler 10000 frs : Mme Sebeyran à Troyes, Mme Patrois à Sommeval et Mme Richard à Arsonval. Tente de s'évader de Guyane plusieurs fois, et y arrive le 14 avril 1901, se réfugiant à New York. Soupçonné de nos jours d'au moins 20 autres meurtres et assassinats (dont cinq commis dans son adolescence, entre 1884 et 1890), de huit tentatives de meurtres et d'une dizaine de tentatives de viols. Longflier grâcié, Potin exécuté le 03 décembre 1903. PARRICIDE. Accusé d'avoir, en lançant un mouvement de grève en août 1910, provoqué une rixe au Havre le 09 septembre entre cinq ouvriers ivres, bagarre ayant entraîné la mort du seul non-gréviste des cinq, Louis Dongé, décédé le 10 septembre 1910. Troslay et Carré, agents de la Sûreté, qui cherchaient à l'arrêter. Lors du cambriolage de la ferme de ses anciens patrons à Saint-Mars-sur-la-Futaie, dans la nuit du 26 au 27 octobre 1907, poignarde à deux reprises Mme Ribay, et égorge M.Ribay, avant de voler 5 francs 75, une paire de bottes et des vêtements. Blanchi deux ans plus tard par lettre. Espagnol, 26 ans. 19 ans, journalier. Vladimir "Wladek" Zinczuk et "Julian Pachowski". Sa belle-soeur allait se marier et emporter avec elle, hors de la maison Ducaux où elle demeurait jusqu'alors, ses meubles et ses biens ! Onze Français ont été condamnés à mort en Irak depuis le 26 mai. 43 ans, garçon de recettes à Nancy. Blesse gravement de six coups de couteau M.Simonnot, gardien de la maison centrale de Clairvaux, le 26 mars 1889. 24 ans, manouvrier. 30 ans, ouvrier agricole. Arrêt cassé. 29 ans, ouvrier chaudronnier à Sotteville-les-Rouen, mutilé de guerre. Grâcié le 24 juin 1896. 22 ans. Au 29, rue du Cygne à Tours, suit la prostituée Suzanne Lavollée, 25 ans, dont il était un client régulier. Tuent à coups de couteau et de hache Mme Simonet, cravatière, cousine de Barrelon, le 1er février 1906 à Lyon, pour la voler. 50 et 47 ans. Louisette est relaxée. Prennent en stop à bord d'une ID19 volée, dans la nuit du 29 au 30 août 1972 à Lacourtensourt, un couple d'étudiants anglais, Robert Clive Latter, 23 ans, et sa petite amie Joyce Jaffe, 20 ans. Procéda à vingt-sept avortements clandestins entre décembre 1940 et octobre 1942. Ses assaillants lui volent son portefeuille, contenant 52.000 francs. 67 ans, forain. Surveillant d'usine au chômage. Participèrent à l'affaire de la rue de Buci, le 31 mai 1942 : lors d'une émeute pour la nourriture devant une épicerie réservée aux Allemands, distribuent les vivres aux manifestants. Incarcéré à Marseille. 40 ans, Italien, cimentier. Meurt en prison le 16 mars 1890 de la typhoïde. 34 ans, boucher à Carreja. Déja condamné à perpétuité le 16 janvier précédent. 24 ans. 21 ans. Aux gendarmes, il avoua le meurtre de son épouse, étouffée dans le but d'hériter de sa fortune. Tue de quatorze coups de hache sa maîtresse Maria Itrebelle, 24 ans, servante, qui venait de le quitter, ainsi que de quinze coups de la même arme Lucien Degardin, 25 ans, le voisin et nouvel amant chez qui elle s'était réfugiée, le 24 octobre 1893 à Grattières-Hautmont. Le soir du 23 novembre 1974, Bruno et trois autres adolescents, vivant dans un centre d'éducation surveillée de Beauvais, prétextent une soirée au bal et se rendent à Liancourt. 19 ans, terrassier. Lieutenant et chef d'un quatuor de bandits polonais, cambriolent dans la nuit du 10 au 11 avril 1924 une ferme isolée de Saulty-l'Arbret. Le 15, le père de son gendre, M.David, expire à son tour, suivi par son mari Jean le 27 ans et leur fille Marguerite, le 30 juin. Evadé de la prison d'Amiens au cours des bombardements du 18 février 1944. Le 12 août 1872 dans un champ de Reims, après avoir eu des relations sexuelles avec elle, tue la prostituée Sidonie Cauchy, l'assomme à coups de pierre, la décapite avec une serpette et l'éventre. Sur le conseil de sa femme, lui scie le cou avec son couteau. Arrêt cassé sur demande du Parquet général, considérant que Marchi a écopé d'une peine trop lourde, et Rebaudo, auteur de nombreux coups de feu ayant blessé, pas assez lourdement condamné. Ivrogne invétéré, abat d'un coup de fusil en pleine tête sa femme Augustine-Félicie Heurtheaux, 33 ans, le 04 décembre 1890 chez ses parents, rue Bonne-Louise à Nantes, parce que celle-ci l'avait quitté et refusait de revenir. Abat de deux balles dans le front Anaïs Leroy, son ancienne patronne, 75 ans, à Moret-sur-Loing dans la nuit du 06 au 07 avril 1925 et vole 1.200.000 francs qu'il dépense sur la côte bordelaise en s'achetant une voiture, faisant la fête et donnant des sommes astronomiques à des maîtresses d'une nuit... 23 ans, domestique de culture. Ils le torturent horriblement, le battent avec outils et bâtons, et finissent par le brûler vif sur la place du village. Grâcié, revenu en France, en rupture de ban en octobre 1907. Poignarde M.Prestot, 20 ans, domestique, le 04 octobre 1914 à Londinières, avant de tuer ses anciens employeurs, les époux Dumouchel, pour se venger d'avoir été licencié quelques jours plus tôt. Arrêt cassé. Arrêté à Alger où il s'était réfugié. En s'enfuyant, met le feu à une meule de foin, puis aux étables de la ferme, avant d'abattre d'une balle en plein coeur un voisin, le jeune Patinier, en qui il croit à tort reconnaître son rival. Tente de violer et assassine de trois coups de couteau dans la poitrine sa soeur Marguerite, épouse Rabeyrin, 21 ans, le 26 avril 1920 à Saint-Etienne. Le corps est retrouvé le 21 juillet suivant, dépecé à la hache en une quarantaine de morceaux, enfoui dans le bois de Mengas : les criminels avaient, avant d'enterrer les tronçons, tenté de les faire dévorer par une truie. Grâcié le 31 juillet 1880. 27 ans. Tenta de tuer le conseiller municipal Suret le 10 février 1889 à coups de marteau. Assassine à Airaines en été 1919 une jeune fille à coups de rasoir. Chérif Himan Bachir, Hocine Guétal et Akli Belkout. Egorge avec un couteau à pain, assomme à coups de poing, viole et pend Adelaïde Forceville, épouse Cokelaëre, 68 ans, le 30 mai 1878 à Bailleul. Les trois autres à des peines allant de cinq à un an de prison. Brise à coups de pince-monseigneur le crâne de sa grand-tante, la veuve Hell, 70 ans, avant de l'étouffer avec un bâillon au cours d'un cambriolage, à Neuilly-Plaisance, dans la nuit du 23 au 24 janvier 1932. Assassina, le 8 janvier 1879 à Saint-Mandé Julien Lecercle, commis épicier, en l'égorgeant pour lui voler 4.000 francs. Arrêt cassé, rejugé à Versailles le 14 juin 1949, condamné à perpétuité. 26 ans, Italien. Comparaît une première fois le 13 août 1880, procès renvoyé. 35 ans, ouvrier fondeur. Son complice Milleret est condamné à douze ans de travaux forcés. Bûcherons au maquis espagnol de Saint-Arailles, le 21 avril 1945 à Montesquiou, plantent un couteau de cuisine dans le coeur de Joseph Saint-Vignes, 79 ans, pour lui voler 3.900 francs. Ansel, amant et complice d'Héloïse, est condamné à perpétuité. Adrien Lucien Javelot, André Emile Javelot et Armand Léon Javelot. 43 ans, journalier, vagabond. Exécution prévue à Poissy. Poignarda à coups de couteau de boucher sa femme, 30 ans, et son beau-père, M.Sorel, 60 ans, clerc d'huissier, à Dinan le 10 décembre 1938, pour se venger de leur divorce imminent. Le 10 juin 1948, à Anglar-Nézac, tue à coups de houe Mme veuve Marguerite Sahut, 61 ans, cache son corps dans un tas de foin et vole 100.000 francs. Le 08 décembre 1940, dans un compartiment du train Cahors-Brive, tue M.Saulières, employé des PTT, pour le voler. Exécution prévue au Barp. Etrangle avec son écharpe, puis fracasse la tête de Mme Pourney avec une tige de fer à Genouillac le 15 février 1931 avant de voler une soixantaine de francs. 27 ans, ouvrier aux usines Berliet à Vénissieux : abat d'une rafale de mitraillette le 31 mai 1962 Bernard Mathieu, convoyeur de fonds chez Berliet, et lui vole la paie des ouvriers, soit 369.500 francs. Etrangle à Jumeauville le 15 décembre 1947 son collègue Aimé Blanchard qui refusait de lui prêter de l'argent, puis lui broye la tête au pilon avant de lui voler 6.000 francs. Tua à coups de couteau à découper le gigot le 26 février 1946 à Montreuil Mme veuve Drilhole, une vieille amie de sa famille, pendant un cambriolage. Le praticien avait fait une expertise médicale de Leboeuf en 1866, lors de son divorce - sa femme, battue, n'en pouvait plus -, rapport qui concluait à un alcoolisme important, doublé d'un tempérament violent, tout en demeurant responsable de ses actes, d'où une condamnation à quinze jours de prison pour violence sur son épouse. Hubert avait autrefois été licencié d'un restaurant où travaillait Mme Vilessek en tant que caissière, et c'était parce qu'elle avait dénoncé son ivrognerie et sa presse qu'il avait perdu sa place. Mohammed Ould Abdelkader Bekkouche et Belkacem. Le 05 juin 1931, à Saint-Pierre-du-Lorouer, égorge sa patronne, Thaïs Passin, veuve Boutard, 34 ans, mère de trois enfants, de trois coups de rasoir parce qu'elle se refusait à l'épouser. Ses complices, Alphonse Apy (son amant) et Dieudonné, sont condamnés à perpétuité. Abattit d'un coup de fusil le 13 juin 1931 M.Edouard Buchlin, maçon, au bord de la grand route pour lui voler 54 francs. Le 18 janvier 1951 à Lyon, rue Du Guesclin, attaquent un fourgon postal et dérobent 700.000 francs. Soupçonné à juste titre par le fils Auguste Gueusquin, rendu furieux par ces suspicions, l'abat d'une balle de revolver le 30 novembre 1895. Allemand, 22 ans, délinquant juvénile. PARRICIDE. Le crime resta impuni. 21 ans, juif polonais. Tua la nuit de Noël 1948 la prostituée Germaine Siberil, dite "Carmen", dont il était l'amant et le souteneur après que celle-ci en ait eu assez qu'il lui prenne son argent. Docker belge, 27 ans. Satyre assassin de Marguerite Flesch, 15 ans, qu'il viole, étouffe et égorge de deux coups de canif dans la forêt de Moyeuvre le 4 novembre 1895, près de Briey. Etrangle avec une corde dans la nuit du 21 au 22 mai 1893 sur les fortifications de Lille un ex-co-détenu, Dirson, libéré le matin-même, à qui il vole ses vêtements et ses économies, soit un peu plus de 200 francs. 18 ans, ouvrier agricole. Tuèrent les époux Baillet à Eaux-Puiseaux, le 03 janvier 1891. Pour les voler, Picenardi les attaque à coups de serpe pendant qu'ils dorment le 5 septembre 1885 : le père Martin est presque décapité, la mère Martin survit miraculeusement aux 18 blessures reçues. Satyre assassin du petit Isidore Canyasse, 9 ans, le 29 septembre 1947. Amnistié en mars 1898, tenta de faire de la politique, mais resta désormais oublié. Le 9 février 1970, assassine d'une balle dans la nuque entre Roquebrune et la Turbie, André Bonnichon, chauffeur de taxi, pour lui voler 270 francs et se débarrasse du corps à cinq kilomètres de là. Le corps est retrouvé deux jours plus tard. Tua le 5 août 1885 dans les bois d'Autry l'encaisseur de Grandpré, M.Tarnoux, d'un coup de fusil, pour voler l'argent qu'il transportait. Tua, le 20 mai 1889, ses patrons, Nicolas Boubert, 70 ans, et sa soeur, Marie-Joseph, 68 ans, à Lesboeufs, avec une serpe pour leur voler 6 francs. 28 ans, jockey, déserteur assassin de son caporal, se rend le 27 mai 1917 chez Aude-Benoîte Gaty, veuve Rollin, demeurant au hameau de Mérège, à Saint-Didier de Chalaronne. 18 ans, charretier. Poursuivis après un cambriolage le 14 juillet 1907 à La Ferté-Macé, vident leurs revolvers sur les passants à leurs trousses, blessant gravement d'une balle dans la bouche le gendarme Mercey. PARRICIDE, cultivateur. Exécution prévue à Saint-Omer. Grâcié le 31 juillet 1880. Grâciés le 13 juillet 1956. Satyre assassin de Marcelle Deuwel, 6 ans, à Loon-Plage (Nord) le 13 juin 1917, et enterra le corps dans le jardin. Suite aux accusations de Lisa Karl, la police sut que, le 29 septembre 1926, Clarisse avait également assommé et violé à Orcomte la veuve Hamiez, 89 ans, pour lui voler 25 francs. Mais la mort suspecte éveilla les soupçons du vieux domestique, Emile Mignot. Incite, en compagnie de Doré, Bothrau et Meyer, condamnés à mort le 31 mai 1872, la foule à tuer, durant la Commune, rue Cambronne le 09 janvier 1871, les frères Jean-Baptiste et Constant André, anciens sergents de ville. 36 ans, ancien contremaître de tissage dans les Vosges. Le pauvre homme en mourra un an plus tard. Abattirent un couple d'amoureux de 20 ans, Nicole Depoué et Joseph Tarrago, le 21 décembre 1956, au parc de Saint-Cloud, pour leur voler leur voiture. Assomme, puis égorge à coups de rasoir Nicolas Moriconi, cordonnier, à Saint-Zacharie le 1er août 1921, pour le voler. Tente de tuer un gardien de la centrale de Riom en le frappant à la tête le 22 mai 1878. Assassine le maquignon Philémon Théron, 43 ans, à Gluiras le 25 novembre 1927 de six balles de revolver avant de l'achever à coups de talon dans le visage et de jeter le corps dans une mare. Arrêtés après que Svetlicic ait tenté de revendre le taxi à un garagiste de Fontoy. PARRICIDE. Le 12 avril 1881, face au manque de preuves et à des défauts d'instruction, il est acquitté. Assassina passage Violet le 8 septembre 1937 son petit ami Henri Gauthier, laveur de vitres, d'une balle dans la nuque pour voler ses économies s'élevant à une trentaine de milliers de francs. PARRICIDE, 37 ans, jardinier. Condamné à perpétuité à Privas le 16 mai 1928, puis à Montpellier le 12 juillet 1928. 28 ans, Russe, ouvrier agricole. 24 ans, Annamite, domestique. 44 ans, cultivateur à Bersée. Auteur d'un autre crime près de Louviers. 61 ans. Tua à coups de sabot une fermière de Nancé. Le 8 octobre 1871, elle s'en va avec son petit : leurs corps sont retrouvés percés de coups de couteau le lendemain au milieu d'un champ, et sans qu'on ait volé ni ses bijoux ni son argent. Tue rue Bleue à Paris le 29 avril 1895 Mme Simon, concierge, pour la voler. 34 ans, marchand d'articles funéraires. Gaston Langevin et Gilberte Robillard, veuve Tessier.